Nadia Zhuk - Le pouvoir de l'auto-représentation et du soutien entre pairs

ALLER AU CONTENU PRINCIPAL
Pangea temporary hotfixes here

Nadia Zhuk est une ingénieure en logiciel full stack autodidacte dont la mission est d'aider les personnes sans formation technique à apprendre à coder et à construire une carrière fructueuse dans le secteur de la technologie. Enfant, elle était intimidée par la technologie, mais vers la mi-vingtaine, un changement de carrière l'a amenée à embrasser le génie logiciel. Dans le nouvel épisode de la série #WomenWhoMaster, Nadia explique comment elle a appris à croire en elle, en mettant en avant l'importance d'un cercle de soutien, et se confie sur ce qu'elle espère pour l'avenir de l'industrie technologique.

Q: Pouvez-vous nous parler de votre métier et nous décrire votre journée type au travail?

Je suis ingénieure full stack chez Intercom. Je me concentre principalement sur la création et l'amélioration de chatbots et d'autres types d'automatisation. Je passe mes journées à créer de nouvelles fonctionnalités, à remanier du code existant ou à travailler sur l’état des produits.

Q: Pouvez-vous nous parler de votre enfance et de la façon dont vous êtes arrivée dans le monde de la technologie?

Mon histoire est assez différente de celle de beaucoup de personnes travaillant dans les STEM. J'ai grandi dans les années 1990, dans la Biélorussie post-soviétique. Ce fut une période difficile, à la fois pour mon pays et pour ma famille. Nous n'avons pu acheter notre premier ordinateur que lorsque j'avais 15 ans, c'est-à-dire en 2006. Je n'ai eu aucun lien avec la technologie durant ma jeunesse et je ne m'y intéressais pas vraiment. J'ai toujours été plus attirée par les sciences humaines: la lecture, l'écriture et les langues étrangères. Ces centres d'intérêt m'ont conduite à devenir rédactrice en chef et journaliste dans un magazine d'information indépendant. 

J'avais 25 ans quand nous avons fermé le magazine et j'ai alors dû trouver une solution. Je savais que je voulais quitter la Biélorussie pour la Pologne mais je savais aussi que je ne possédais pas les aptitudes nécessaires à la réussite de mon installation. Après quelques recherches, il m'est apparu clairement que j'avais besoin de compétences techniques pour être employable dans un nouveau pays. Cependant, j'étais toujours intimidée par le milieu de la technologie. J'avais l'impression qu'il y avait le camp des personnes qui savent coder, et l'autre camp, celui des gens qui sont meilleurs en sciences humaines. Pour moi, j'appartenais au second camp.

Q: Est-ce à ce moment-là que vous avez commencé à acquérir des compétences techniques?

Oui. J'ai commencé à apprendre petit à petit. J'ai d'abord appris Excel, ensuite Photoshop, et d'autres programmes techniques. Puis je me suis lancée dans le codage. Je ne suis pas allée à l'université ni n'ai suivi de formation pour apprendre. Il n'y avait que moi et mon ordinateur.

C'était un défi de taille. Je devais trouver des livres et des ressources en ligne, puis voir ce qui fonctionnait et ce qui ne fonctionnait pas.

"En neuf mois, je suis passée du degré zéro de compétences techniques à un niveau qui m'a permis de devenir programmatrice en Pologne. L'apprentissage de ces compétences m'a permis de changer de pays, de m'ouvrir de nouvelles opportunités et d'améliorer ma qualité de vie."

Q: Quel conseil donneriez-vous à d'autres femmes qui évoluent dans le domaine des STEM?

Certains de mes conseils professionnels préférés sont tirés du livre "Nice Girls Don't Get The Corner Office." C'est un livre qui parle des erreurs inconscientes que font les femmes et qui sabordent leur carrière. L'une de ces erreurs est de ne pas de vous défendre lors des négociations salariales ou lorsque vous demandez une promotion. Cela n'est pas toujours évident pour les femmes qui sont poussées par la société à plaire à tout le monde et qui ont peur d'être perçues comme ayant un caractère "difficile". Il est pourtant très important d'apprendre à se défendre et à se battre pour ce qui est à vous!

Portrait nature de Nadia Zhuk

"Les femmes doivent façonner leur marque personnelle et apprendre à se défendre, car personne d'autre ne le fera à leur place."

Q: Au cours de ce processus de réorientation professionnelle, avez-vous eu un mentor, une personne en particulier, qui vous a vraiment aidée et guidée?

Lorsque j'ai commencé dans le secteur de la technologie, je n'avais pas de mentor, et c'est un de mes regrets. Heureusement, j'ai pu rencontrer un mentor très expérimenté par la suite. Et même si je n'ai eu qu'une seule séance de mentorat avec elle, elle m'a beaucoup conseillée et m'a aidée à trouver ma voie dans le monde de la technologie. Le mentorat peut être incroyablement puissant et une seule session suffit parfois pour obtenir des réponses à vos questions.

Aujourd'hui, je mentore d'autres personnes qui veulent apprendre à coder, et je ne peux que souligner l'importance du mentorat et du soutien externe. La première chose que je recommande aux débutants en code est de se créer un cercle de soutien. Ce cercle peut exister dans la vraie vie, comme un groupe d'étude, ou en ligne, comme #100DaysofCode. Avoir un cercle de soutien vous aidera à rester motivé lorsque l'apprentissage devient difficile et, plus tard, à naviguer dans des eaux professionnelles plus complexes, comme le fait de savoir quitter un lieu de travail toxique ou demander une promotion.

Q: L'une des façons d'aider les personnes qui apprennent à coder consiste à partager ses expériences, comme vous le faites dans votre livre Crossing the Rubycon. Que peuvent apprendre les femmes dans le livre?

Ce livre est à la fois un récit de mon histoire personnelle et un guide pas-à-pas pour apprendre à coder si vous n'avez aucune compétence technique. C'est lorsque je cherchais des ressources déjà existantes pour les personnes apprenant à programmer que j'ai eu pour la première fois l'idée d'écrire ce livre. J'ai réalisé qu'il n'y avait pas beaucoup de contenu créé par des personnes vraiment non spécialistes. J'avais remarqué que la plupart des créateurs de contenu suivaient une formation technique avant de devenir programmeur et je ne me suis jamais reconnue dans ces histoires. 

Ce livre s'adresse à des personnes comme moi: des gens sans formation technique qui souhaitent apprendre à coder et faire carrière dans la technologie. Ce livre se veut être leur coach de carrière personnel. Une ressource à laquelle se référer chaque fois que ces personnes perdent confiance en elles ou sentent qu'elles ne peuvent pas avancer. Le livre comprend un guide pas-à-pas qui vous explique comment acquérir des compétences techniques, décrocher votre premier emploi de codeur, puis comment réussir votre carrière de programmeur.

Q: Imaginez un instant que votre arrière-petite-fille choisisse la même carrière que vous. Elle terminera ses études à l'université en 2100. À quoi voulez-vous que son avenir ressemble?

J'aimerais qu'elle puisse, comme tout le monde, se sentir à la hauteur, et qu'elle garde à l'esprit qu'elle peut accomplir tout ce qu'elle souhaite. J'espère qu'il y aura moins de limitations et moins de barrières, tant internes qu'externes, qui s'exerceront sur elle. Plus important encore, j'espère que nous n'aurons plus à parler de la question des femmes et des hommes dans la technologie, et que le genre de problèmes dont nous discutons en ce moment n'existera plus à l'avenir.

Consultez le blog de Nadia et sa chaîne YouTube pour découvrir comment apprendre à coder par vous-même. Lisez le livre de Nadia si vous voulez vous lancer dans le monde de la technologie. Connectez-vous avec elle sur Twitter, LinkedIn ou Instagram.

Women Who Master vise à mettre en lumière les femmes ayant fait d'importantes contributions dans le domaine des STEM. L'objectif de ce programme est de valoriser ces contributions, d'inspirer les futurs leaders et d'aider à combler l'écart entre les sexes dans le domaine de la technologie.

Crédit photo: Nadia Zhuk

#WOMEN­WHOMASTER

RENCONTREZ LES PERSONNALITÉS PHARE DANS LES STEM

Faiza Yousuf

Faiza Yousuf est déterminée à aider les femmes du Pakistan à poursuivre leurs études et à évoluer dans le secteur de la technologie. Des cours de codage aux accélérateurs de carrière, elle offre visibilité, accompagnement et inclusion dans son pays.

Gabby Llanillo

Série Women Who Master - Joueuse invétérée, cette passionnée du domaine des STEM ne joue pas seulement à des jeux: elle en crée, tout en étant elle-même sans se soucier du regard des autres.

Sara Inés Calderón

Série Women Who Master - Sara Inés Calderón, amatrice de livres depuis toujours ayant découvert le code grâce au journalisme, pense que la diversité des compétences est un atout sous-estimé dans le secteur technologique.